Accueil
Services
CV
Livres
Articles
Informations
Management
Contact

Informations entrepreneuriales et managériales

Le mot du Management:



Cette rubrique a débuté en avril 2018 et présente, chaque semaine, un mot ou une expression de la théorie ou de la pratique managériale ou entrepreneuriale. Le mot du management est une production de Bénédique Paul Consulting Services.


  • Le mot du management de la semaine du 16 avril 2018 est : décider.

    « Manager, c’est décider », enseigné-je à mes étudiants. Cela dit, il y a un temps plus approprié pour décider, après c’est trop tard ou alors ce n’est plus optimal. Le travail principal du manager ne se situe pas dans la réalisation des tâches, avons-nous déjà dit, mais dans la prise de décisions. Un bon manager est celui qui prend les bonnes décisions au bon moment. Ce qui demande des connaissances et des capacités importantes, notamment dans la collecte et le traitement d’informations pertinentes. Dans ce cas, l’art de décider réside dans la capacité à « savoir distinguer la meilleure parmi différentes décisions possibles ».


  • Le mot du management de la semaine du 9 avril 2018 est : gestion.

    Le mot gestion est généralement pris à tort comme étant la traduction de management par les francophones. Nous avons vu la semaine dernière que le management renvoie au pilotage. La gestion renvoie plus au fonctionnement d’une organisation. La gestion se réfère généralement à la réalisation des tâches qui permettent la survie ou le succès de l’organisation. Le gestionnaire, contrairement au manager, met l’accès sur des équilibres (notamment financiers et comptables) et se préoccupe plus du court terme, du quotidien ou encore du ponctuel.


  • Le mot du management de la semaine du 2 avril 2018 est : management.

    Le mot management est un mot anglosaxon que les francophones essaient à tort de traduire par gestion. Dans la pratique, le management renvoie au pilotage d’une organisation ou d’un système. Dans ce sens, le management se réfère plus à la stratégie et se rapproche du leadership (qui essaie de faire partager une vision). Le manager se préoccupe plus du moyen et du long terme que du fonctionnement quotidien de l’organisation ou de l’entreprise.



Business information :


  1. Responsables d'entreprise :


  • Etes-vous un Manager ou plutôt un gestionaire ? Le manager se préoccupe du stratégique lorsque le  gestionnaire regarde le fonctionnement et peu se laisser enfermer dans la bureaucratie. Alors, comment vous définissez-vous maintenant, à la tête de votre entreprise ? A vous de voir !
  • Gestion des flux financiers (cash flow management) : Il y a beaucoup trop d'entrepreneurs (comme des particuliers aussi d'ailleurs) qui négligent la gestion des flux financiers (entrants et sortants) de leur entreprise. Nous recommandons aux entrepreneurs de toujours tenir une comptabilité (même simple: recette-dépenses) leur permettant de suivre en permanence les flux financiers de leur entreprise.
  • Gestion de stocks : "Machann, ou gendiri la? - Non, diri a fini ". Définitivement, il y a trop d'entrepreneurs négligents dans la gestion de leur stock (de matières premières, de produits finis, de marchandises, etc.). Sauf cas de force majeure ou de défaut de la part de vos fournisseurs, en tant qu'entrepreneur, vous ne devez pas être à cours de stock. Gérez vos stocks. Si vous avez besoin de conseils, contactez-nous.
  • Besoin en Fonds de Roulement (BFR) : Le BFR est essentiel pour une bonne gestion des flux financiers et permettre à l'entreprise de ne pas être à court de liquidité. Pour cela, il faut mettre de côté un montant suffisant permettant de couvrir l'écart entre le paiement des clients et le règlement des fournisseurs. Le danger est que si vous acceptez de vendre à crédit (ce qui n'est pas toujours recommandable), c'est votre problème, vous n'avez pas à utiliser cela comme argument pour ne pas honorer à temps vos dettes envers les fournisseurs, encore moins envers la banque. Faites-vous aider si vous avez une hésitation. BPCS est là pour vous servir !


  1. Créateurs d'entreprise :


  • Avoir une idée c'est bien, avoir une vision c'est mieux : Une entreprise doit être créée à partir d'une idée, d'une valeur à offrir. L'entrepreneur est aussi un agent de développement. En faisant son profit, il satisfait les besoins et aspirations de la société ou fait évoluer les besoins et aspirations de la société en montrant de nouvelles formes de consommation.
  • Montage de Plan d'Affaire : Le plan d'affaire est tellement un élément sérieux qu'il ne devrait pas être la première démarche lorsque l'on a une idée. L'aspirant-entrepreneur devrait chercher à savoir s'il y a un marché pour la valeur qu'il souhaite offrir avant de s'atteler à monter un plan d'affaire. Plusieurs structures existent pour vous aider à monter votre plan d'affaire (ex. : CEI de l'université Quisqueya en Haïti ; en France les CCI vous proposeront toute une gamme complète de ressources)
  • Marché versus Marketing : Votre marché peut être appréhendé comme étant les clients que vous souhaitez servir. Votre marketing est la manière dont vous allez vous y prendre pour atteindre ces clients. Attentions, nous avons dit clients et non pas demandeurs ! Votre entreprise cherche la rentabilité, elle ne peut compter que sur des demandeurs capables de payer. Toute la population ne saurait être votre clientèle !
  • Etude de marché : il s'agit de rechercher, collecter et analyser les informations (chiffrées et comportementales) sur votre clientèle potentielle. L'idée est d'avoir une idée du passé mais surtout de la tendance du secteur, du désir des clients potentiels. Attention : l'étude de marché ne doit pas tuer l'innovation de l'entrepreneur. Car votre offre, couplée à une innovation marketing, peut aussi tabler sur des comportements que vous allez vous-mêmes provoquer chez les clients potentiels. Ex. Steve Jobs n'a pas répondu à nos besoins, il a de préférence créé des éléments dont nous ne pouvons plus nous passer aujourd'hui. Selon Schumepter, l'entrepreneur (innovateur) doit être en avance sur la société.
  • Plan financier : Si vous sur-estimez vos prévisions financières pour démontrer une rentabilité dans votre business plan dès la première année, cela ne garantit pas du tout le potentiel financeur. L'important est de commencer petit et de tabler sur l'expansion. D'où l'importance d'établir un plan financier sur 3 à 5 ans.


Management
© 2018 B PAUL CONSULTING